Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Aménagement, Urbanisme

Agrément d’immobilier d’entreprise : le bilan du premier semestre 2017

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 octobre 2017 (modifié le 21 novembre 2017)

La dynamique de production de locaux d’activités observée en 2016 se confirme au premier semestre 2017. En effet, 1 853 142 m² de locaux ont été agréés début 2017, ce qui est légèrement supérieur au chiffre du premier semestre 2016 (1 610 692 m²).

La répartition entre bureaux et entrepôts observe cependant un changement puisque la part du bureau baisse (48 % au premier semestre 2017 contre 73 % en 2016) au profit de l’entrepôt (40 % contre 19 %). Ainsi la barre des 900 000 m² de bureaux n’est pas franchie au premier semestre contre près de 1,2 million de m² l’année dernière.

Les surfaces d’entrepôts connaissent un net accroissement (739 479 m² contre 300 239 m² en 2016).
Il faut néanmoins le relativiser puisqu’il est dû essentiellement au projet de développement d’AMAZON à Brétigny-sur-Orge (238 500 m2) et aux entrepôts développés dans les anciennes villes nouvelles de Sénart et de Marne-la-Vallée qui sont à nouveau dans le champ de l’agrément depuis le 1er janvier 2017. Les parts de l’Essonne et de la Seine-et-Marne (respectivement 25 et 15 %) ont donc mécaniquement cru par rapport à la même période l’an passé (5 % chacun). À l’inverse les parts de Paris et des Hauts-de-Seine (respectivement 10 et 25 %) ont décru voire largement chuté (13 et 47 % en 2016) en lien avec la diminution des surfaces de bureaux traditionnellement concentrées sur ces secteurs.

Le réinvestissement des patrimoines de bureaux existants (réhabilitation, démolition-reconstruction) marque le pas tant en surface qu’en part : 227 761 m² (26 % du total agréé des bureaux) contre 463 000 m² (40 % du total) sur le premier trimestre 2016.
À Paris, le réinvestissement ne représente plus que 36 % du total des surfaces de bureaux agréées sur le premier semestre 2017 contre 63 % en 2016 à la même période : il se retrouve à un niveau moindre que dans les Hauts-de-Seine (42 % contre 41 % en 2016). Il s’agit pour une part significative des projets « Réinventer Paris ». La tendance à la création de nouvelles surfaces de bureaux reste donc prégnante sur ces deux départements.

La Préfecture de région a mis en place depuis le début de l’année un mécanisme de compensation des surfaces nouvelles de bureaux par des surfaces de logements pour les projets non mixtes créant plus de 5 % de surfaces nouvelles de bureau (construction, extension, changement de destination) par rapport à l’existant afin de limiter le déséquilibre emploi/logement.


Télécharger :