Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Sécurité des transports

Conduite et handicap

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 2 mai 2012 (modifié le 23 octobre 2015)

Extraits de l’arrêté du 20 avril 2012 fixant les conditions d’établissement, de délivrance et de validité du permis de conduire :

II. ― Les candidats au permis de conduire les véhicules spécialement aménagés pour tenir compte de leur handicap physique passent l’examen défini à l’article 2-IV ci-dessus. Préalablement à l’épreuve, l’expert vérifie que les aménagements du véhicule proposés à l’issue du contrôle médical définis aux articles R. 226-1 à R. 226-4 sont adaptés.

Au cours de l’épreuve, l’expert vérifie que les aménagements du véhicule qu’il a définis sont utilisés de façon efficace et les mentionne dans l’avis destiné au préfet.

Un conducteur titulaire du permis de conduire d’une ou de plusieurs des catégories suivantes : A1, A2, A, B1, B, BE, C, D, CE, DE, C1, D1, C1E, D1E, et atteint postérieurement à la délivrance du permis de conduire d’une affection susceptible de rendre nécessaire l’aménagement du véhicule pour tenir compte de son handicap physique doit régulariser son permis de conduire.
L’expert vérifie que les aménagements du véhicule proposés a l’issue du contrôle médical prévu par les articles R. 226-1 à R. 226-4 sont adaptés.

Au cours d’un exercice de conduite, l’expert vérifie que les aménagements du véhicule qu’il a définis sont utilisés de façon efficace et les mentionne dans l’avis destiné au préfet.
La personne qui souhaite faire supprimer ces restrictions doit à nouveau régulariser son permis de conduire. L’expert vérifie que les commandes sont utilisées de manière efficace par le candidat et le mentionne dans l’avis destiné au préfet.

III. - Les mentions restrictives codifiées sont portées sur le permis détenu par l’intéressé.

A l’issue de l’examen technique prévu à l’article 2 ci-dessus, le dossier du candidat est transmis au préfet avec l’avis de l’expert sur l’aptitude à la conduite du candidat.

L’expert peut demander au préfet que le candidat effectue un contrôle médical si, au cours de l’épreuve pratique, il a estimé que l’état du candidat semblait présenter une incompatibilité avec la conduite des véhicules automobiles.
Dans ce cas :

  • si le bilan de l’épreuve pratique est défavorable, le préfet adresse au candidat un formulaire d’avis médical en lui précisant qu’avant toute nouvelle épreuve pratique il devra passer un contrôle médical dans les conditions définies aux articles R. 226-1 à R. 226-4 du code de la route ;
  • si l’épreuve pratique est favorable, le préfet informe le candidat que la délivrance du permis de conduire interviendra après avis favorable rendu à la suite d’un contrôle médical d’aptitude à la conduite effectué dans les conditions définies aux articles R. 226-1 à R. 226-4 du code de la route.

En savoir plus

Quelques sites utiles à l’attention des personnes handicapées :

  • CEREMH  : association fondée à l’initiative de l’AFM et du pôle MOV’EO afin de créer un centre national de ressources et d’innovation consacré à la mobilité pour les personnes à mobilité réduite et favoriser ainsi la mobilité pour tous à tous les âges de la vie.
  • FENCICAT : réseau national associatif de Centres d’Information et de Conseil sur les Aides Techniques. Ce réseau offre aux personnes en situation de handicap et aux professionnels une information sur les solutions techniques de compensation.
  • Voir l’information sur la maison départementale des personnes handicapées : lieu unique d’accueil, d’information, d’accompagnement et de conseil.