Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Aménagement, Urbanisme

Étude « Les dynamiques spatiales du commerce en Île-de-France »

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 octobre 2016 (modifié le 3 août 2017)

Avec 348 000 emplois salariés en 2012 (soit près de 8 % des emplois), le commerce apparaît comme une activité économique majeure en Île-de-France.

En 20 ans, 3 300 emplois salariés privés ont été créés en moyenne par an dans la région francilienne. Le commerce est facteur d’attractivité et reflète le dynamisme des territoires. L’organisation équilibrée du territoire et l’optimisation foncière sont devenus des enjeux majeurs du développement durable avec notamment l’objectif de limiter l’étalement urbain, de favoriser la pluri-fonctionnalité des territoires et de réduire les déplacements.

Des dynamiques très différentes peuvent être observées selon les territoires. Afin de comparer les territoires franciliens, plusieurs thématiques ont été croisées sur une longue période dans le cadre de cette étude :

  • construction de locaux commerciaux
  • consommation d’espace par le commerce
  • emploi dans le commerce de détail selon ses diverses composantes et niveau de service rendu à la population mesuré en nombre d’emplois pour 10 000 habitants.

Cette approche transversale a permis de mettre en évidence trois modèles d’évolution du commerce :

  • Un modèle commun jusqu’à 2008
    • Dans les années 90 et au début des années 2000, tous les départements franciliens sont encore dans un modèle de développement du commerce associant croissance de l’emploi dans le commerce de détail, construction élevée de locaux commerciaux, consommation d’espace croissante, et un niveau de service toujours plus élevé.
  • Depuis 2008, deux modèles s’opposent :
    • À Paris et dans les Hauts-de-Seine, l’emploi et le niveau de service continuent leur progression alors que la construction et la consommation d’espace ralentissent notamment grâce au renouvellement urbain
    • Dans tous les autres départements franciliens, à l’inverse, la construction de locaux commerciaux et la consommation d’espace progressent alors que les emplois et le niveau de service stagnent voire diminuent, notamment en raison de la spécialisation accrue dans des secteurs gourmands en surface mais moins pourvoyeurs d’emplois.

Télécharger :