Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Transports, Routes

Expérimentation de l’indemnité kilométrique vélo : plus de 1600 salariés concernés en Île-de-France

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 juin 2014 (modifié le 4 novembre 2016)

Frédéric Cuvillier a lancé le 2 juin 2014 avec le concours de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) l’expérimentation de l’indemnité kilométrique vélo : les entreprises participantes (3 en Île-de-France) mettent en place une indemnité kilométrique pour leurs employés se rendant au travail à vélo !

Plus de 1600 salariés sont concernés par cette expérimentation d’indemnité kilométrique vélo en île-de-France, dans 3 entreprises :

  • Groupe Valophis (Bailleur social, Saint Maur-des-Fossés / Saint Maurice (94), 850 employés),
  • Crédit Coopératif (Banque, Nanterre – périmètre siège (92), 782 employés)
  • AUXILIA (Conseil imaginatif en développement durable, Paris (75), 21 employés)


En Île-de-France, le vélo est utilisé dans le cadre de 650 000 déplacements quotidiens en semaine, contre 42 millions de déplacement tous modes confondus. 30 % de ces déplacements sont liés au travail.

19 entreprises participent à l’expérimentation sur tout le territoire (voir la liste complète dans le communiqué de presse en téléchargement en bas de page). Le potentiel des salariés concernés par cette expérimentation est de 10 000 personnes.

Ces entreprises démontrent que la notion de "responsabilité sociétale des entreprises" sait trouver des traductions très concrètes comme celle de favoriser le vélo, un mode de déplacement non polluant, pratique, économique et bon pour la santé. Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie et l‘ADEME tiennent à féliciter et remercier les organismes volontaires pour cet engagement.

Les modalités de l’expérimentation kilométrique vélo

L’indemnité est fixée à 25 centimes par km parcouru. Elle n’est pas cumulable à un remboursement de l’abonnement transports collectifs sauf s’il s’agit de trajets complémentaires (vélo + train par exemple).

Elle a débuté le 2 juin 2014 et durera 6 mois au cours desquels des informations seront recueillies auprès des employeurs et des salariés sur :

  • l’évolution de la part de déplacements domicile-travail à vélo
  • les modes de déplacements abandonnés au profit du vélo
  • les facteurs favorables ou défavorables à l’efficacité de la mesure
  • l’organisation matérielle mise en place dans les différentes structures.

Les résultats seront rendus publics en fin d’année et permettront, s’ils sont concluants, d’envisager une seconde phase d’expérimentation à plus grande échelle.

« Je souhaite que le vélo devienne un mode de déplacement à part entière »

« Les transports en commun, mais aussi la voiture sont indemnisés dans le cadre d’un déplacement entre son domicile et son travail. Ce test grandeur nature nous permettra d’évaluer si ce dispositif peut s’étendre au vélo. Je souhaite que le vélo devienne un mode de déplacement à part entière. Nous impulsons une dynamique incitative et écologique pour ce mode de transport doux » a indiqué Philippe Cuvillier, secrétaire d’État en charge des Transports.