Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Informations agents
 

Le DRIE@nouvelles vous accompagne - n°4

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 20 avril 2020 (modifié le 21 avril 2020)

Le covid-19

  • Retrouver tous les messages d’information de la DRIEA et l’attestation sur l’internet DRIEAaccessible à tous.
    S’informer sur le site du gouvernement et surle site du ministère de l’Intérieur avec notamment une nouvelle attestation numérique en ligne à compter lundi 6 avril.
    Un numéro vert 0 800 130 000 répond à vos questions sur le Coronavirus 24h/24 et 7j/7
     
  • Le gouvernement a annoncé le lundi 13 avril la prolongation du dispositif de confinement jusqu’au 11 mai. Les modalités de reprise d’activité dans le cadre du déconfinement sont à l’étude, en liaison avec les modalités en cours de définition au niveau ministériel et régional, elles feront l’objet d’une présentation auprès des représentants du personnel en CHSCT début mai, et vous seront communiquées.

Des équipes mobilisées pour la continuité d’activité 

 

  • La Mission Sécurité Défense

Qu’est-ce que la MSD ? Que fait-elle actuellement ?  

Non, sous cet acronyme MSD, ne se cache pas quelque maladie douteuse mais la mission sécurité défense (MSD), rattachée à la direction de la DRIEA.

Composée de trois membres, sous l’autorité directe du directeur régional adjoint en charge de la sécurité défense (ASD), elle a pour rôle de participer à la planification de risques, d’anticiper les crises et leurs réponses et également la défense nationale dans le ressort du champ de compétence de la DRIEA.

Elle pilote, avec la DRIEE, le réseau des responsables sécurité défense des unités départementales (UD) et des directions départementales des territoires d’Île-de-France. Elle représente l’ASD sur sa demande en participant notamment aux réunions du réseau des ASD. Elle coordonne avec l’ASD la création et mise à jour du plan de continuité de l’activité (PCA).

Chaque gestion de crise est pilotée au moins par deux niveaux :

  • le niveau zonal, dans notre cas l’Île-de-France, par le préfet, secrétaire général de la zone de défense et de sécurité de la Préfecture de Police de Paris
  • le niveau national du pôle ministériel par le service du Haut Fonctionnaire de Défense et Sécurité, c’est-à-dire la secrétaire générale du pôle ministériel.

En période de crise, la journée type de la MSD débute avec l’audioconférence de la cellule de continuité de l’activité de la DRIEA.

Elle se poursuit avec une audioconférence pilotée par la Préfecture de Police avec des partenaires (Agence Régionale de Santé, Préfecture de Région, rectorat, conseil régional, Île-de-France mobilités, Ville de Paris, etc…)

Des remontées régulières doivent être effectuées à la Préfecture de Région IDF et à la cellule de crise du pôle ministériel à partir des informations fournies par le secrétariat général de la DRIEA et le service sécurité des transports sur les transports routiers et fluviaux.

Il convient également de répondre aux sollicitations des services et mettre à jour les ressources recensées dans l’application civilo-militaire PARADES (entreprises BTP et de transport entre autres).
Une nouvelle audioconférence se tient ensuite avec la secrétaire générale du pôle ministériel, Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité, et les DREAL des zones de défense.

Chaque jour, 7 jours sur 7, la MSD participe activement et de manière transverse à faciliter la gestion de la crise sous l’autorité de la directrice régionale et interdépartementale. Elle fournit des ressources PARADES à la Préfecture de zone et aux préfectures départementales afin de répondre à leurs besoins urgents. Elle s’inscrit également dans la mise en place du retour à l’activité.

Somme toute, humblement, la MSD poursuivra ses efforts, à vos côtés, dans l’intérêt de notre collectif de travail et de notre bien-être. 

Actualités des services et des missions

  • Service sécurité des transports (SST) : BSB et PCA !

Pour expliquer les enjeux de la continuité de service au bureau de la sécurité des bateaux (BSB), il faut d’abord parler un peu de la batellerie.

Il s’agit notamment de bateaux à marchandises qui livrent des carburants, des matériaux de construction ou des céréales,… Mais aussi le musée ou le restaurant flottant où vous avez peut-être aimé faire une pause avant la période actuelle de confinement.

Pour faire un parallèle compréhensible pour tous, les véhicules routiers possèdent une carte grise et doivent satisfaire à un contrôle technique ; les bateaux fluviaux ont un certificat d’immatriculation et un titre de navigation qui est délivré après une commission de visite technique. Ces documents sont essentiels car ils permettent aux bateliers de travailler.

Et c’est là qu’intervient le BSB, au sein duquel les agents impliqués ont su s’organiser dans le cadre du plan de continuité d’activité (PCA) pour assurer la délivrance de titres malgré la situation actuelle de confinement. Il a fallu être créatif pour adapter le fonctionnement nominal d’hier tout en satisfaisant aux enjeux de sécurité, la base de la régulation dans la secteur des transports fluviaux.

Dans l’urgence, les instructeurs du bureau ont pu, le 16 mars 2020, récupérer les dossiers en cours afin d’en finaliser l’instruction chez eux. Ils ont également rédigé un grand nombre de titres provisoires pour ne pas laisser certains bateaux, qui ne présentaient pas de problème de sécurité, sans titre.

Par la suite, les compte-rendus de commission de visite réalisés avant le confinement ont étés signés de façon électronique et adressés aux bateliers. Enfin les titres de navigation ont été édités via une solution nomade sécurisée qui est connectée au logiciel de suivi des titres de navigation « ITINAVI ».

Dans un deuxième temps, les dossiers en attente de pièces ont été repris, les appels aux bateliers qui s’en sont suivis, ont permis de relayer les courriers de demande de pièces qui peinaient à arriver chez eux. Cela a aussi permis de leur montrer que malgré le contexte, les dossiers étaient suivis mais différemment. Beaucoup ont étés compréhensifs et reconnaissants. 

De nombreux mails ont été reçus en vue de la complétude des dossiers en attente. Il a donc été nécessaire de se rendre ponctuellement sur le site de Miollis afin d’éditer les documents reçus par messagerie. Cela a été l’occasion de relever le courrier arrivé et récupérer de nouveaux dossiers en attente pour lesquels des demandes avaient été émises mais qui étaient au bureau.

Ainsi, les instructeurs ont pu et pourront continuer à être alimentés en dossiers ou compléments de dossiers et poursuivre, en mode confiné, l’instruction technique de ceux-ci.

Cette démarche représente un grand soutien psychologique pour les instructeurs souvent confinés dans des appartements.

Ces opérations sont bien évidemment réalisées en respectant scrupuleusement l’accomplissement des gestes barrière ainsi que les mesures de distanciation.

Cette organisation va permettre d’être efficients lors de la levée par l’État des mesures d’urgence sanitaire et du confinement.

Par ailleurs, cette expérience nomade démontre, si cela était encore nécessaire, tout l’intérêt pour le secteur économique concerné et pour l’organisation du travail du bureau de la sécurité des bateaux de voir aboutir au plus vite les projets de dématérialisation des procédures portées par notre administration centrale de référence : la direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM) et plus spécifiquement la sous-direction ports et transport fluvial de la direction des services de transport.

Cela devrait permettre non seulement dans des contextes exceptionnels, mais plus généralement dans un quotidien normal, d’assurer un service public toujours plus efficace en réponse aux attentes de la société.

  • Comment les services d’exploitation de la DiRIF font-ils face à la crise ?
    L’exemple de l’unité d’exploitation routière (UER) de Saint-Denis

A partir du 17 mars à 12 h, le confinement de la population s’est accompagné d’importantes restrictions et d’une limitation des activités professionnelles amenant les services d’exploitation des routes et autoroutes franciliennes à devoir également s’adapter.

Comment pouvions-nous imaginer, après les chutes de neige de 2018 et ses 739 km de bouchons, les grèves de décembre et ses 631 km de bouchons, observer une diminution de la circulation de -50 % à -75 % selon les axes chaque jour depuis le début du confinement sur notre réseau, avec un niveau quasi-nul de bouchons. 

Jean Willem LALLEMAND, responsable de l’UER de Saint-Denis à l’arrondissement de gestion et d’exploitation de la route (AGER) Nord, apporte quelques précisions sur les moyens mis en oeuvre.

Nos missions sont essentielles et ne peuvent s’arrêter. Nous avons dû rapidement nous adapter, tout en assurant la sécurité des agents. Autant pour celles et ceux qui assurent des tâches administratives que pour les agents qui interviennent sur le terrain.

De quelles manières assurez-vous leur sécurité ?  

Le personnel administratif de l’UER est en partie en télétravail, en autorisation spéciale d’absence, ou bien en congés. Pour les équipes d’exploitation, nous avons rappelé l’importance d’appliquer les gestes barrières, de garder une distance suffisante avec les usagers ou les forces de l’ordre que nous côtoyons quotidiennement. Mais aussi entre collègues, ce qui n’est pas toujours facile. Enfin, nous avons diffusé autant que possible gel et masques. Nous rappelons systématiquement que ce matériel est contingenté, aussi doit-il être utilisé de manière appropriée aux circonstances

Travaillez-vous toujours de la même manière ?

Habituellement, ce sont 49 personnes qui assurent, jour et nuit, 7 jours sur 7, les interventions, la sécurité et l’entretien du réseau. Avec la baisse du trafic, les différentes absences, les gardes d’enfant en particulier, ainsi que les mesures de sécurité, nous avons réduit les équipes d’intervention. Ici, ce sont 12 agents et 4 chefs d’équipe qui travaillent de 6 h à 13 h et de 13 h à 20 h. La nuit, une astreinte à domicile est prévue pour répondre à une éventuelle demande d’intervention. Sur notre zone nous disposons donc aujourd’hui de 2 équipes par centre, quand il y en 6 en temps normal.

Qu’avez-vous pu constater depuis plus de 15 jours que nous vivons une situation exceptionnelle avec ces conditions de travail inhabituelles ?

Sur le réseau routier, par l’absence de trafic le comportement des usagers change, les vitesses augmentent. Les interventions habituelles des sociétés pour entretenir la route sont à l’arrêt. Nous assurons toujours les patrouillages, qui sont plus rapides : une heure peut suffire contre 2 ou 3 heures avant en raison de la circulation.

Et avec vos agents ?

Je garde le contact, c’est important. Je suis aussi sur place. Si les craintes sont présentes, le sens des responsabilités l’est tout autant parmi ceux qui poursuivent leurs missions sur le terrain ou chez eux. Le sens pratique est aussi une force dans ces conditions. Par exemple, les équipages ont spontanément proposé de désinfecter les véhicules après une intervention avant de les laisser à leurs collègues. Ce sont des échanges de bonne volonté, chacun s’appelle régulièrement. La solidarité nous permet aussi de palier les difficultés du réseau informatique. Je partage mon temps à la fois sur le site et à mon domicile. Je peux ainsi, par exemple, récupérer des données informatiques pour les apporter à notre comptable qui habite à proximité de mon domicile".

Les bonnes pratiques du télétravail 

=> Message d’absence
Il est demandé aux agents en situation de télétravail de ne pas activer leur message d’absence, vous êtes au travail. Ceci permettra de réduire le volume de messages automatiques envoyés par Mél ou le webMél à chacun de vos interlocuteurs.
Seuls les agents en absence sur autorisation (ASA) peuvent activer leur message d’absence en indiquant simplement "je suis actuellement absent".

RH

=> Ordonnance du 15 avril 2020 relative à la prise de jours de réduction du temps de travail ou de congés dans la fonction publique de l’Etat et la fonction publique territoriale au titre de la période d’urgence sanitaire.
Les modalités d’application au sein de la DRIEA seront précisées prochainement.

=> Formation en ligne : des ateliers à distance sont organisés par le CVRH pour accompagner les managers dans le pilotage de leurs équipes pendant le confinement. Cette action de formation, en webcam (1h 30 à 2 h) est proposée le vendredi 24 avril (14h à 15h30) ou le mardi 28 avril (16h à 17h30) prochains. Date limite d’inscription est fixée au mardi 21 avril 2020. Les managers souhaitant s’inscrire renverront directement leur bulletin d’inscription ci-joint à l’adresse mail suivante : inscription-formation-ifdc.cvrh-paris@developpement-durable.gouv.fr, en mettant en copie leur supérieur hiérarchique direct et le correspondant formation de leur structure.

=> Formation en ligne  : avec SYFFOAD, le site du pôle ministériel (voir DRIE@nouvelles n° 3) ou encore la plateforme expérimentale de formation interministérielle MENTOR pour découvrir le co-développement, la déontologie, le lean management, la donnée…

=> les mesures exceptionnelles de la MGEN

=>Les BRH de proximité restent à votre écoute

    • DRIEA /SG (Secrétariat Général)
      sg.driea-if@developpement-durable.gouv.fr
    • UD75/MAPL (Mission d’Appui au Pilotage Local)
      mapl.udea75.driea-if@developpement-durable.gouv.fr
    • UD92/MAPL (Mission Appui au Pilotage Local)
      mapl.ud92.driea-if@developpement-durable.gouv.fr
    • UD93/BRL/CRH (Conseil Ressources Humaines)
      crh.brl.ud93.driea-if@developpement-durable.gouv.fr
    • UD94/D (Direction)
      d.ud94.driea-if@developpement-durable.gouv.fr
    • DiRIF (Secrétariat Général délégué)
      sg-dirif.driea-if@developpement-durable.gouv.fr

Ressources

=> sans VPN
=> avec VPN
=> revue de presse
=> 5 modules de e-learning pour le télétravail par l’Atelier du formateur

 

Le service social régional à votre écoute 

La période de confinement représente pour tous une situation exceptionnelle qui perturbe nos modes de travail et nos modes de vie. Voici quelques suggestions de relaxation ou méditation pour vous détendre.
Bulle de protection,
Horizon élargi,
Méditation de la montagne
 

Et si on en profitait pour se cultiver un peu plus ? 

=> Le musée de Cluny en 3D
=> Le "Louvre à la loupe

Le coin des enfants et des parents

=> Avec les athlètes Paris 2024 #BougezChezVous Angelina Lanza
=> Les oeuvres du musée d’Orsay avec les Petits M’O
=> Le Louvre répond aux questions des enfants en vidéo

Coronavirus : il existe des gestes simples pour vous protéger et protéger votre entourage
Coronavirus : il existe des gestes simples pour vous protéger et protéger votre entourage
  • Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades