Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Aménagement, Urbanisme

Le marché de l’immobilier de bureaux en Île-de-France – Juillet 2019

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 2 septembre 2019

La Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement d’Île-de-France (DRIEA) a publié la note de conjoncture et l’analyse rétrospective 2018 du marché de l’immobilier de bureaux en Île-de-France.
Cette étude publie des indicateurs de référence sur le marché de l’immobilier de bureaux francilien et permet d’atteindre les objectifs suivants :

  • permettre une meilleure compréhension des mécanismes à l’œuvre, et de leurs conséquences en matière d’aménagement du territoire, tout particulièrement sur la question du repérage et du traitement des zones d’activités et des immeubles sujets à vacance prolongée ;
  • anticiper les fluctuations du marché de l’immobilier d’entreprise, sur la base d’éléments statistiques et d’indicateurs d’activité pertinents (demande placée, évolution des loyers, offre future, absorption nette…), afin de permettre d’ajuster les politiques publiques en conséquence ;
  • enrichir le dialogue entre l’État, les collectivités locales et les professionnels, en aidant à la prise de décision concernant les mesures à prendre en matière d’aménagement, de développement économique et d’emploi.

Fin 2018, la demande placée de bureaux s’élève à près de 2 millions de m².
Malgré une légère baisse de 4 % (par rapport à 2017), la demande placée s’est approchée du seuil des 2 millions de m². Ce haut niveau de commercialisation s’explique par la part, toujours importante (46%), des transactions de 1ère main (9805 000m²). Un marché qui a pu bénéficier de nombreuses transactions d’envergure, comprises entre 10 000 et 20 000m². Quant à la demande placée de 2nd main, elle affichait une bonne dynamique, à plus d’un million de m² placés.
En conséquence, l’offre disponible livrée a enregistré une baisse de l’ordre de 4 %, avec une érosion marquée du stock vacant de 1ère main (-16%). En revanche, l’offre en chantier a augmenté fortement (+32%), signe de la volonté des promoteurs et des investisseurs d’accélérer leurs développements dans un contexte porteur.

Dans ce contexte, qui demeure positif, le marché de l’immobilier d’entreprise a été dynamique, tant en termes de demande que de mises en chantier.


Télécharger :