Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Études, Statistiques, Données cartographiques

Les établissements du commerce de gros de biens de consommation non-alimentaires en Île-de-France

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 juillet 2020 (modifié le 23 septembre 2020)

La DRIEA publie cette étude afin d’approcher le commerce de gros, secteur d’activité mal connu et qui est pourtant un des plus grands utilisateurs d’entrepôts de par sa fonction logistique, à travers la localisation des établissements de grossistes en Île-de-France, leur type d’immobilier d’entreprise, et leur proximité avec les infrastructures de fret ferroviaire et fluviale.

Cette étude s’inscrit à la suite de celle relative aux établissements du commerce de gros alimentaire et agricole en Île-de-France publiée en juin 2019.

L’objectif est d’apprécier les localisations stratégiques du commerce de gros de biens de consommation non-alimentaires (textiles, habillement, papeterie, meubles, etc.), son fonctionnement spatial et son articulation avec les infrastructures logistiques. Ce travail constitue le second volet des trois volets étudiés, chacun correspondant à un sous-secteur d’activité du commerce de gros.

Les établissements du commerce de gros de biens de consommation non-alimentaires sont localisés à Paris (quartiers du Sentier et de Sedaine-Popincourt, dans les 2ᵉ et 11ᵉ arrondissements notamment), en Seine-Saint-Denis (Aubervilliers et le triangle des grossistes), et dans une moindre mesure dans les Hauts-de-Seine (avec une forte spécificité du commerce de gros de produits pharmaceutiques). En ce qui concerne l’emploi, le commerce de gros de biens de consommation non-alimentaires se caractérise avant tout par des établissements de petite taille (moins de 10 salariés). La majorité des grossistes de biens de consommation non-alimentaires en entrepôts traitent de l’équipement de la personne, d’autres biens domestiques (jouets, livres, journaux…), et de biens de l’information et communication.