Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Études, Statistiques, Données cartographiques

Les projections de population et d’emploi en Île-de-France, un outil d’aide à la décision

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 5 août 2020 (modifié le 23 septembre 2020)

La Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement d’Île-de-France (DRIEA) et l’Institut Paris Région (IPR) ont réalisé conjointement cette étude afin de présenter les principaux résultats de la modélisation population / emploi (P+E) en Île-de-France, une synthèse de la méthodologie utilisée ainsi qu’un exemple d’utilisation possible centré autour des effets sur les déplacements.

Où habiteront les 13,1 à 13,5 millions de Franciliens de 2035 ? Où se localiseront les 6,4 à 6,7 millions d’emplois envisagés ? Les projections, dites « P+E » fournissent ces cadrages et tentent de répondre à ces interrogations. Elles alimentent les modèles de trafic utilisés pour les infrastructures de transport. Comment sont-elles élaborées ? Pourquoi sont-elles actualisées chaque année ? Le point sur les outils, acteurs, hypothèses, limites, usages et résultats des dernières projections, juste avant la pandémie de covid-19

Cette publication permet de faire un point sur les outils, acteurs, hypothèses, limites, usages et résultats des dernières projections, juste avant la pandémie de covid-19, et permettront d’éclairer les choix de rénovation et de développement des infrastructures de transport en Île-de-France.

En effet, et contrairement à une idée reçue, le poids démographique et économique de la région capitale en France est stable depuis plus d’un demi-siècle. L’Île-de-France représente aujourd’hui 18 % de la population française, comme en 1968, 22 % des emplois, 32 % du PIB et 43 % des emplois de cadres des fonctions métropolitaines. Seule exception à cette relative stabilité : le solde naturel francilien qui, avec près de 100 000 naissances de plus que de décès chaque année, représente une part croissante du solde naturel d’une France vieillissante (66 % du solde naturel français en 2018 contre 38 % il y a dix ans).