Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Sécurité des transports

Observatoire régional et interdépartemental de sécurité routière

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 avril 2011 (modifié le 16 mai 2019)

L’observatoire régional et interdépartemental de sécurité routière (ORISR) constitue le pôle ressource en matière de connaissance de l’accidentalité routière en Île-de-France, tant pour les acteurs de la sécurité routière que pour le grand public.

L’ORISR est hébergé au sein du Bureau Sécurité Routière de la DRIEA IF. Il présente la particularité d’assurer à la fois les missions dévolues à un observatoire régional de sécurité routière (ORSR) – en centralisant les données que lui transmettent les huit observatoires départementaux de sécurité routière franciliens, et celles dévolues aux trois observatoires départementaux des départements (ODSR) de la petite couronne.

Les ODSR et ORSR ont 3 missions principales :

  Recueillir les données

La connaissance de l’accidentalité routière passe par la constitution d’une base de données la plus complète possible.

Chaque ODSR a en charge la gestion du fichier accident de son département qui recense chaque accident corporel de son département en précisant ses circonstances. Il est constitué à partir des informations transmises par les forces de l’ordre.

  Analyser l’accidentalité

Chaque ODSR exploite l’ensemble des données départementales, réalise des bilans statistiques et des cartographies.

L’ORSR exploite les données régionales, produit des bilans statistiques et des cartes, établit les références régionales pour chaque ODSR.

  Diffuser la connaissance

À travers la diffusion de ces productions auprès des institutionnels et du grand public, les ODSR et l’ORSR ont pour ambition de mettre la connaissance technique en matière d’accidentalité routière à disposition du plus grand nombre.

La diffusion de la connaissance en matière d’accidentalité routière permet, in fine, aux services de l’État et aux collectivités territoriales d’adapter leur action vis-à-vis des usagers de la route.

Les données statistiques et cartographiques sont indispensables pour enrichir les cinq piliers - éducation, formation, prévention, dissuasion et sanction - constitutifs de toute politique de sécurité routière.