Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Transports, Routes

Retour sur la 1ère rencontre régionale francilienne France Mobilités

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 octobre 2020

Une centaine de personnes étaient présentes, le 2 octobre dernier, lors du webinaire organisé par la cellule régionale francilienne France Mobilités (DRIEA, Cerema, ADEME, Banque des Territoires), en partenariat avec la région Ile-de-France. Ce webinaire a permis d’échanger sur les enjeux de mobilité en territoires peu denses, de partager des retours d’expérience et découvrir des solutions de mobilité innovantes.

Dans les territoires ruraux, les villes petites et moyennes ou dans les périphéries des grandes agglomérations, les habitants ont peu accès aux transports publics et la voiture individuelle constitue le principal mode de déplacement. Pour les ménages les plus fragiles qui n’ont pas la possibilité de posséder et conduire leur propre voiture, cette situation se traduit par une grande précarité d’accès aux services publics, à l’emploi et aux commerces. Ce constat a été traduit dans la Loi d’Orientation sur les Mobilités (LOM) comme un axe fort de ses apports.

Pourtant, des solutions existent et se développent pour améliorer la mobilité du quotidien dans ces territoires (lignes régulières de covoiturage, auto-stop organisé, transport solidaire, autopartage entre particuliers ou encore plateformes de mobilité). Mais elles sont souvent mal connues et peinent à se développer, faute de financements et de moyens en ingénierie.

France Mobilités est une démarche collaborative nationale, lancée pour faire face à ces défis. Elle a pour objectif d’accompagner à la fois les territoires qui veulent proposer de nouvelles solutions de mobilité et les acteurs qui souhaitent développer et proposer des innovations opérationnelles. Elle se décline dans les territoires avec la mise en place de cellules régionales. C’est dans ce contexte que s’inscrit la création de la Cellule régionale d’appui à l’ingénierie en Ile-de-France.

Claire BARITAUD, Directrice de la Mission innovation numérique et territoires au sein de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer du Ministère de la transition écologique (DGITM) a introduit cette matinée en abordant les enjeux de mobilités en zone peu dense et l’intérêt du dispositif France Mobilités qui vise à favoriser l’innovation dans les mobilités, pour tous et dans tous les territoires.

  Table-ronde : Identifier les enjeux de mobilité en territoires peu denses, les dispositifs de financement et d’accompagnement – Quelles mobilités pour demain dans les zones peu denses franciliennes ?

Lors de la table-ronde, les quatre directeurs ont présenté leur établissement, le travail antérieur sur les zones peu denses avant l’existence de France Mobilités soulevant quelques difficultés, et ses apports dans le cadre d’un travail collaboratif et partenarial pour proposer des solutions et des outils dans ces mêmes zones. À ce titre, France Mobilités est une opportunité d’ouvrir le « champ des possibles » au travers de nouvelles thématiques.

  • Emmanuelle GAY, Directrice régionale de la DRIEA a présenté le dispositif national France Mobilités, les principales mesures, ainsi que les apports de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) en zone peu dense.
  • Emmanuel NEUVILLE, Directeur du Cerema Ile-de-France est revenu sur les enjeux de la mobilité en milieu rural et a présenté l’accompagnement technique du Cerema auprès des territoires et son animation territoriale, ainsi que l’accompagnement de la mobilité post-COVID.
  • Michel GIORIA, Directeur de l’ADEME Ile-de-France a présenté l’accompagnement des territoires dans le cadre d’appels à projets dédiés et de futurs appels à projets, tout en soulignant la volonté d’accélérer la transition énergétique.
  • Marianne LOURADOUR, Directrice de la Banque des Territoires Ile-de-France a présenté l’accompagnement financier des territoires et des porteurs de projet (ingénierie, investissement, prêt), ainsi que la mise en place du plan de relance, son montage, et son financement.

A l’issue de cette table-ronde réunissant les quatre acteurs de la cellule régionale, Jérôme CHIASSON, représentant de la région Ile-de-France, a exposé le panel des services de mobilité régionale à disposition ainsi qu’un état des lieux, l’action de la région en matière de transport et de mobilité, les outils développés en complémentarité des actions, ainsi que les projets et les perspectives pour les zones peu denses dans les prochaines années.

  Présentation de la cellule régionale d’appui à l’ingénierie en Ile-de-France : Ses acteurs, ses missions, ses perspectives

Dan MAGNAN-CESARETTI, responsable de projets transversaux sur les nouvelles mobilités au Cerema Ile-de-France a décliné les missions principales de la cellule et ses acteurs :

  • Animer l’écosystème régional de la mobilité ;
  • Aider les projets des collectivités locales ;
  • Centraliser les ressources documentaires régionales sur les questions de mobilité.

Le Cerema propose des temps d’intervention menés par des experts de la mobilité au service des collectivités, publie des guides et des méthodes techniques, et entretient les réseaux partenariaux.

La Banque des Territoires est un soutien à l’ingénierie territoriale au cas par cas, elle propose une ingénierie financière, participe à l’investissement et à l’accompagnement sur la vie des projets.

L’ADEME est également un accompagnement à l’ingénierie des projets, initiant des appels à projets, proposant des aides financières, et bénéficiant de réseaux d’animation.

Les services de l’Etat représentent un appui institutionnel pour l’animation des réseaux et la mise en œuvre de la réglementation.

Ces acteurs sont au service des collectivités qui recherchent un appui pour développer un projet de territoire innovant, et au service des entreprises, start-ups et associations qui développent des solutions à l’attention des collectivités.

  Appel à Manifestation d’Intérêt TErritoires de Nouvelles MObilités Durables (AMI TENMOD) - Rappel des éditions précédentes et perspectives

Jean-Yves MARIE-ROSE de l’ADEME a expliqué que cet Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) favorise la mise en œuvre par les territoires peu denses, ruraux et de montagne, de projets de mobilités quotidiennes, durables, pour tous, innovantes sur le plan technique et/ou sociétal et/ou de la gouvernance du point de vue des projets déjà développés sur le territoire, répondant à un besoin local.

Plus spécifiquement, le rôle de l’AMI est de capitaliser les retours d’expériences, de favoriser la mise en œuvre de projets, de permettre aux territoires volontaires d’accueillir les expérimentations, et de structurer les partenariats.

Il a également rappelé les lauréats des éditions précédentes et les thèmes principaux de l’AMI :

  • Assurer une mobilité pour tous dans tous les territoires ;
  • Accélérer le développement de la mobilité partagée ;
  • Favoriser et déployer les mobilités actives et les nouveaux modes de déplacement pour des usages quotidiens innovants ;
  • Optimiser la gestion de l’espace public ;
  • Permettre une mobilité plus propre, plus économe et réduisant les nuisances sonores ; 
  • Optimiser les mobilités des employeurs ;
  • Déployer des solutions de non-mobilité ;
  • Agir sur les outils de planification de la mobilité dans le but de consolider et pérenniser les changements de comportement de mobilité, ainsi que pour limiter la demande de déplacements en favorisant sur les territoires les déplacements courts ;
  • Permettre l’accessibilité à tous les publics.

  Pitch des collectivités innovantes – Rencontres et présentations de solutions de mobilité innovantes par leurs prestataires (mobilités actives, mobilités flexibles, mobilités sociales)

1. PAYS MIDI-QUERCY / Lisa GALTIER – Projet de conciergerie de mobilité rurale
Volonté d’offrir dans des lieux physiques répartis sur tout le territoire, des services de proximité et organiser la mobilité des personnes et des biens selon une démarche participative visant à sensibiliser les habitants, à promouvoir les mobilités alternatives, à associer l’alimentation et les kilomètres parcourus, et à soutenir l’insertion socio- professionnelle – Modèle réplicable sur le territoire francilien.

2. MAIRIE DES MOLIERES (91) / Yvan LUBRANESKI – Covoiturage avec la société KAROS
Ce covoiturage planifié défini à l’avance permet à des équipages fixes de covoiturer régulièrement pour les mêmes trajets à horaires réguliers. Son éloignement géographique des principaux axes de transports en commun a encouragé la collectivité à trouver une solution pour rompre son isolement et compenser sa carence en réseaux structurants. Transformer la voiture individuelle en réseaux de transports collectifs dans les zones peu denses permet de générer un réseau de covoiturage de proximité, parfaitement intégré dans la chaîne de mobilité globale. Depuis peu, la commune bénéficie également d’un service de transport à la demande (TAD) assuré par des véhicules électriques, qui permet un rabattement vers les gares.

3. POUCES D’YVELINES (78) / Olivier GUITTARD – Auto-stop avec REZO POUCE
Service d’auto-stop sécurisé avec des utilisateurs identifiés et un réseau d’arrêts repérés pour les trajets de proximité, doublé d’un covoiturage de proximité sans contrainte pour les conducteurs pour compléter les transports existants (service gratuit pour les passagers, sans rémunération pour les conducteurs). L’autostop est pertinent pour des rabattements d’un village vers une gare ou une centralité, qui ne nécessite pas de réservation en amont, le conducteur prend un passager s’il est à l’arrêt au moment où il passe.

4. COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION DE MARNE-ET-GONDOIRE (77) / Hadjer GUENDOUZI – Electromobilité partagée avec la société CLEM
En tant que première plateforme d’électromobilité partagée à l’échelle d’un territoire périurbain, elle permet d’offrir une mobilité complémentaire aux transports en commun, et de contrôler une solution compatible avec tous types de bornes et de véhicules. Elle parvient à optimiser les flottes de véhicules et les infrastructures électriques, et à faire de son réseau le plus important dispositif périurbain d’écomobilité décarboné de France, soit 72 stations, 156 points de charge, 50 véhicules électriques, 3 intercommunalités, et 25 communes.

5.CROIX-ROUGE MOBILITES / Cyprien NOBLE – Transport social
Agir pour la mobilité inclusive, développer la mobilité solidaire, et accélérer la transition écologique en proposant des solutions sous 3 formes - Le prêt automobile solidaire par mise à disposition de véhicules à destination de personnes modestes non véhiculées ou dont le véhicule est hors d’usage, le covoiturage solidaire par partage de trajets locaux réalisés par les acteurs de la Croix-Rouge avec les véhicules de la Croix-Rouge ou avec leurs véhicules personnels, et le transport solidaire par accompagnement de personnes dépourvues de solutions de mobilité et ne pouvant pas conduire.

Cette première rencontre régionale a été clôturée par David CAUBEL de la DGITM.