Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Aménagement, Urbanisme

Retour sur la rencontre autour des paysages du Val-de-Marne et lancement de la démarche d’élaboration d’un atlas départemental

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 29 août 2019 (modifié le 27 septembre 2019)

À l’occasion du lancement de l’élaboration de l’Atlas de paysages du Val-de-Marne, l’État a organisé, le mercredi 10 juillet 2019, avec l’appui du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement du Val-de-Marne (CAUE94), une rencontre autour des paysages du Val-de-Marne réunissant près de 80 personnes, élus, membres des services des collectivités et opérateurs du département et représentants associatifs.

Après une séquence introductive ayant permis de rappeler les objectifs et les enjeux d’un atlas de paysages, en particulier l’importance de sa déclinaison opérationnelle dans les plans de paysage et les documents d’urbanisme, deux tables-rondes ont permis d’échanger sur les sujets suivants :

  • la première table ronde a constitué un retour sur les expériences des Atlas de paysages de Seine-et-Marne, des Hauts-de-Seine et de Seine-Saint-Denis. Elle a permis d’identifier la nécessité de travail aux différentes échelles du territoire, en particulier dans un département comme le Val-de-Marne disposant d’une forte densité urbaine et d’une dynamique d’aménagement majeure. L’association de l’ensemble des acteurs concernés par les paysages dans un cadre partenarial, y compris les populations vivant ou travaillant dans le territoire qui peuvent apporter leur perception du paysage vécu, est essentielle pour la réussite de la démarche. Il convient en outre d’anticiper l’utilisation de l’atlas et sa valorisation ultérieure, afin qu’il puisse constituer un outil utile et adapté aux besoins des acteurs du territoire.
  • la seconde table ronde a permis de resituer la démarche engagée, au regard des études et des connaissances déjà existantes du territoire val-de-marnais. Au-delà des processus de transformation des paysages bien identifiés et toujours à l’oeuvre (urbanisation, création d’infrastructures, reconversion de lieux et densification), elle a permis d’échanger sur de nouvelles dynamiques comme la nature en ville, la prise en compte de la biodiversité et des continuités vertes et bleues, les îlots de chaleur et de fraîcheur dans un contexte de changement climatique, la reconquête du sol et la ressource en eau.


Cette rencontre a été l’occasion pour l’État, le Conseil départemental du Val-de-Marne, les Établissements Publics Territoriaux Paris Est Marne et Bois, Grand Paris Sud Est Avenir et Grand Orly Seine Bièvre de signer la convention d’engagement partenarial pour la réalisation de l’Atlas de paysages du Val-de-Marne.

Gérard GUILLE, Vice-Président de l’Établissement Public Territorial Grand Paris Sud Est Avenir (GPSEA)
La protection de nos espaces de maraîchage et de nos espaces naturels, qui constituent l’un des poumons verts de la région Île-de-France, est une tâche quotidienne pour les élus. Elle est essentielle pour l’avenir de notre territoire.

Patrice DIGUET, Vice-président de l’Établissement Public Territorial Grand Orly Seine Bièvre
Les paysages ont une dimension environnementale, mais aussi, et surtout, une dimension sociale, même quand ils sont dégradés et que les habitants n’y prêtent plus attention, à force d’y vivre et de les traverser.

Jacques MARTIN, Président de l’Établissement Public Territorial ParisEstMarne&Bois
L’État a souhaité entamer un travail partenarial avec les collectivités dont les compétences ont un impact sur le paysage. Tous les acteurs potentiels sont autour de la table, et c’est un processus qui pour une fois va partir du terrain. L’Atlas est une occasion de développer une vision collective sur les éléments qui nous rapprochent.

Bruno HELIN, Vice-président du Conseil Départemental du Val-de-Marne

Le département du Val-de-Marne s’est engagé de longue date à ce que la question des paysages soit considérée comme aussi importante que celle de l’aménagement, afin de concilier la préservation des espaces avec le cadre de vie des habitants, et cela dans un cadre d’aménagement durable.

Laurent PREVOST, Préfet du Val-de-Marne

L’Atlas de paysages n’aura de sens et ne sera utile que si l’ensemble des acteurs du territoire se l’approprie, et de même que le plus grand nombre s’en empare. Il reflétera non seulement un territoire sur cartes, mais également un territoire vécu et en pleine mutation.