Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Études, Statistiques, Données cartographiques

Sous-bassins (les) de vie et d’emploi de l’aire urbaine de Paris : Quelle réalité en 2010 ?

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 16 juillet 2013 (modifié le 9 avril 2019)
AuteurDRIEA IF/SCEP Pascale Rohaut et Denise Schmitt
ÉditionJuillet 2013, 38 pages

Actualisation d’une étude sur les bassins de vie et d’emploi, qui concluait à un réel fonctionnement local des aires d’influence des pôles d’emploi secondaires de l’aire urbaine de Paris ; les pratiques des franciliens, en 2001, permettaient de dire que ces aires d’influence ou sous-bassin d’emploi étaient aussi des sous-bassin de vie.

Cette nouvelle étude décrit le fonctionnement régional en 2010, résultant des pratiques effectives des franciliens :
● les flux domicile-travail entre les pôles majeurs et les bassins secondaires,
● les flux domicile-travail entre les bassins secondaires,
● l’ensemble des déplacements des résidents des bassins secondaires.

Principaux résultats :
● le périmètre des pôles et bassins secondaires évolue peu. Les flux domicile-travail entre pôles et/ou sous-bassins sont fréquents entre voisins.
● les pratiques effectives des Franciliens privilégient un fonctionnement local au sein de sous-bassins de vie et d’emploi structurés par des pôles d’emploi secondaires 
● certains bassins secondaires recrutent des actifs résidents dans les pôles majeurs, même si les flux inverses (vers les pôles majeurs) sont trois fois plus nombreux.
● la longueur des déplacements domicile-travail varie fortement selon les territoires, elle est liée au taux d’emploi.


Télécharger :