Logo préfècture région
DRIEA   Île-de-France
Direction Régionale et Interdépartementale de l’Équipement et de l’Aménagement d’Île-de-France

Étude du pont de Bondy : d’un nœud autoroutier à un quartier de gare

publié le 23 septembre 2015 (modifié le 9 avril 2019)

Aux confins des communes de Bobigny, Bondy et Noisy-le-Sec, le pont de Bondy représente un secteur à enjeux. Il est traversé par le canal de l’Ourcq, qui bénéficie d’une dynamique de mutation urbaine importante puisque ses abords, actuellement occupés principalement par des friches industrielles, font l’objet d’une dizaine de projets d’aménagement ou de transport à l’horizon de 2030, pour un potentiel de 7 000 à 8 000 logements.

Le pont de Bondy constitue par ailleurs un nœud majeur d’infrastructures de transport à l’échelle métropolitaine. Point de passage incontournable pour accéder aux autoroutes A3 et A86 depuis les Villes, il représente aussi un carrefour entre plusieurs autres axes essentiels : RN186, RD3, tramway T1.

Ce positionnement singulier induit plusieurs problématiques : difficultés de circulation, nuisances diverses (bruit, pollution…), déficit d’urbanité.

Pour répondre à ces enjeux, et notamment pour assurer une intégration optimale de la future gare du Grand Paris au sein de son environnement, le scénario esquissé au sein de l’étude envisage le réaménagement des espaces publics plutôt que l’édification d’un bâtiment spécifique. Il s’appuie sur les qualités du site par le biais de quatre actions principales :

  • créer deux franchissements de part et d’autre du canal ; ils contribueront à fluidifier et pacifier la circulation automobile sur le secteur en absorbant les flux,
  • libérer le pont pour en faire un pôle réservé aux échanges multimodaux, le positionnement précis des accès à la gare restant à définir,
  • permettre les usages récréatifs sur les berges du canal par la mise en place d’espaces réservés à des actifs de sport et de loisir,
  • créer des repères urbains autour du pont sous la forme de bâtiments jalons.

Grâce à ce projet, la "gare-site" devient un prolongement des villes, tout en répondant à plusieurs objectifs : apaiser la circulation automobile, faciliter les déplacements pour les modes actifs et les transports en commun, développer les activités urbaines.

Télécharger :


L’émergence prochaine des gares du Grand Paris Express invite à s’interroger sur la configuration et le fonctionnement des territoires sur lesquels elles seront implantées. Elles participeront en effet à redéfinir les dynamiques urbaines alentour ; en ce sens, elles constituent des opportunités pour améliorer l’organisation des tissus urbains. C’est le cas en particulier pour le site du pont de Bondy, où une gare de la ligne 15 viendra prendre place.

Afin de susciter le débat sur le devenir du secteur, la direction territoriale de Seine-Saint-Denis (DT93) a confié la réalisation d’une étude à l’école d’architecture de Marne-La-Vallée qui, à partir d’un diagnostic du secteur, propose un scénario d’aménagement.

Les résultats de l’étude ont été présentés aux élus concernés mercredi 13 mai 2015, donnant lieu à des échanges de grande qualité. Les réflexions se poursuivent dans le cadre de l’étude de pôle menée par Est Ensemble sur ce secteur.